Le seuil anaérobie, cet inconnu

Déterminer son propre seuil anaérobie permet de personnaliser ses entraînements, en augmentant au fur et à mesure sa capacité aérobie et en améliorant sa résistance et ses performances.
Avec l’aide, pourquoi pas, d’une selle « sur mesure » choisie avec le système de mesure scientifique idmatch de Selle Italia.

Tous les cyclistes, à tous les niveaux, finissent tôt ou tard par parler et discuter de seuil avec leurs compagnons de route.

Chacun a ses idées là-dessus et on n’arrive jamais à mettre tout le monde d’accord sur comment le calculer. La plupart des accros du vélo ont en effet des idées plutôt confuses à ce sujet qui se basent sur des théories qui ne sont pas toujours bonnes.

En fait, c’est beaucoup plus simple que ça n’en a l’air. Voyons en quoi consiste cette importante méthode d’évaluation fonctionnelle de la performance.

L’énergie exigée par le cyclisme est presque totalement de type aérobie. Notre organisme utilise l’oxygène inspiré pour l’acheminer jusqu’aux muscles à travers le sang et leur permettre ainsi de travailler convenablement. Nous avons sans doute tous remarqué que pendant l’effort, la sensation de fatigue augmente progressivement avec l’augmentation de la fréquence cardiaque : en cas de surrégime les muscles n’arrivent plus à éliminer l’acide lactique (lactate) produit. C’est justement le seuil anaérobie, que nous pouvons définir comme notre « cylindrée » personnelle, la « puissance » de notre physique. En fait il s’agit de la limite maximale au-delà de laquelle l’organisme produit bien plus d’acide lactique de ce que le sang est en mesure d’éliminer. À partir de là l’énergie est produite, sans utiliser d’oxygène, à travers le glycogène, autrement dit en soustrayant de l’énergie à la réserve des muscles. Peu de temps après la fatigue s’installe et on finit par aller en « acidose », avec des durcissements et crampes musculaires.

Ce mécanisme nous aide à comprendre à quel point la connaissance du seuil anaérobie est un paramètre d’entraînement essentiel : arriver à pédaler en restant tout juste en dessous permet de supporter plus longtemps un effort intense, tout en augmentant dans le temps la capacité aérobie et en améliorant finalement la résistance et les performances.

 

Comment calculer le seuil anaérobie

Une fois qu’on a compris ce qu’est le seuil anaérobie, comment faire pour calculer le sien?

Il existe plusieurs tests spéciaux basés sur l’analyse des tests à l’effort. Le plus fiable est sans aucun doute le test du lactate, qui consiste en un prélèvement de petites quantités de sang après des efforts à intensité croissante effectués sur une bicyclette ergométrique, pour mesurer la concentration d’acide lactique.

Autre test né en 1976, moins précis, mais encore très répandu, est le dénommé test de Conconi, non invasif, qu’on peut effectuer soi-même à l’aide d’un cardiofréquencemètre. Ce test consiste à mesurer les variations de la fréquence cardiaque avec l’augmentation de l’intensité de l’effort. En fait, en reproduisant sur un graphique les données de vitesse et de fréquence cardiaque, on constate une croissance linéaire de cette dernière proportionnellement à la vitesse, jusqu’à un point donné où on constate une déflexion qui indique justement le seuil anaérobie.

La mesure de la fréquence cardiaque à l’effort, très simple aujourd’hui grâce à l’utilisation courante de cardiofréquencemètres, est à la base d’une méthode empirique très connue et tout compte fait fiable, qui consiste à établir sa fréquence cardiaque maximale en soustrayant son âge de la valeur nominale de 220. 90 % de la valeur obtenue représente la fréquence correspondant au seuil anaérobie.

Par exemple : un cycliste de 40 ans a une fréquence maximale de 180 battements par minute (220 – 40), tandis que sa fréquence de seuil est de 162 battements (90 % de 180).

Connaître ses valeurs de seuil, et apprendre à s’entraîner en en tenant compte, aide certainement à optimiser l’efficacité du pédalage, mais il ne faut pas oublier que pour atteindre cet objectif il faut prendre en compte d’autres facteurs tout aussi importants : par exemple la position à vélo et plus encore le choix de la selle idéale.

Le système scientifique innovant de mesure idmatch, issu de la recherche Selle Italia, permet de déterminer quelle est la taille de selle qui convient le mieux à chaque cycliste. Grâce à un pied à coulisse digital sophistiqué qui détermine automatiquement l’assise idéale, quelques secondes suffisent pour trouver la solution idéale en termes de confort et de performance.

Summary
Le seuil anaérobie: qu'est-ce que c'est et comment le calculer | Santé en selle - Selle Italia
Article Name
Le seuil anaérobie: qu'est-ce que c'est et comment le calculer | Santé en selle - Selle Italia
Description
La détermination de votre seuil anaérobie vous permet de personnaliser vos entraînements, d'augmenter votre capacité aérobique au fil du temps et d'améliorer votre endurance et vos performances.
Author
Publisher Name
Selle Italia
Publisher Logo

« Page précédente

Scegli il tuo paese

Europe

Trouvez l'idmatch dealer le plus proche et réservez un rendez-vous

c'est aussi

Saisissez vos données et inscrivez-vous à notre newsletter.

*champs obligatoires