Report: Nove Colli – Selle Italia 2017

47ème édition du Granfondo, la cyclosportive la plus ancienne d’Italie. Une véritable fête pour les passionnés de cyclisme du monde entier. Et pour nous, également l’occasion de tester la Novus SuperFlow Endurance de Selle Italia, une selle spécialement conçue pour les longues distances.

Cesenatico, dimanche 21 mai 2017 – Quand le réveil vous foudroie à 4h30 du matin, qu’il pleut dehors et que vous êtes censé faire 200 km en vélo, vous ne pensez qu’à une chose : faire semblant d’être malade et retourner au lit. Mais cela ne dure qu’un instant et vous commencez à vous préparer, car la raison qui vous a poussé à venir jusqu’ici à Cesenatico, à 3 heures de route de Milan, est plus forte que tout.
Quelle raison ? Participer à la reine des cyclosportives, la plus ancienne, celle que tous les passionnés devraient essayer au moins une fois dans leur vie.
Surtout pour ceux qui, comme nous, ne cherchent pas la performance, la course Nove Colli – Selle Italia est une véritable fête du vélo à vivre pleinement: 12 000 inscrits de 48 pays et une ville entière « envahie » pendant deux jours par des hordes de cyclistes chargés d’adrénaline, qui vont et qui viennent le long des longues avenues, impatients de franchir la ligne de départ… Une joie pour les yeux et pour le cœur.

Les parcours

Altimetria percorso 200 km

Les parcours possibles sont historiquement deux, celui de 130 et celui de 200 km. Nous optons pour le premier, mais on pourra encore changer d’avis pendant la course. Le plus « court » prévoit déjà 1 870 mètres de dénivelé, avec 4 côtes importantes et une p pente maximum de 18 %.
Le parcours long double le dénivelé avec 5 cols supplémentaires, atteignant le nombre fatidique de 9.
Mais, comme le promettent les organisateurs, les deux tracés réservent des émotions inoubliables, de la mer aux collines, entre beauté paysagère, sueur et fatigue.

La selle

Aujourd’hui, c’est l’occasion pour nous de mettre à l’épreuve une selle spécialement pensée pour les longues distances : la Novus SuperFlow Endurance de Selle Italia de Selle Italia, également choisie comme selle officielle de la terrible Race Across America.
Il s’agit d’une selle présentant une légère courbure longitudinale qui favorise le basculement du bassin vers l’avant, et donc une position plus confortable pour la colonne.
Théoriquement parfaite pour des vétérans comme nous, qui commencent à avoir des problèmes de dos. De plus, le long évidement central qui sépare la selle sur une grande partie de l’assise, réduit les pressions périnéales, prévenant les gênes habituellement occasionnées par l’écrasement.

 

Altimetria percorso 130 Km

La course

Mais revenons-en au matin de la course. Avec mon ami Andrea, on sort à 5 heure du matin sous de grosses gouttes qui sentent la mer. Heureusement, c’était les toutes dernières d’une journée qui s’est révélée parfaite pour le vélo: toujours couverte, avec une température constante de 19 degrés enviro.
Arrivés sur la ligne de départ, tout de suite la première « émotion » de la journée, avec un passage à niveau cqui se baisse pour laisser passer un train et qui coupe en deux la foule des partants. Pas grave, de toute façon, les plus forts sont devant.

La course reprend au milieu des murmures. Course, façon de parler… Plutôt, on se promène pour profiter pleinement de l’événement, et puis entre les séances photos, les pauses détentes aux ravitaillements et autres, le chrono final ne sera pas des meilleurs… mais ça nous est bien égal.
L’important, c’est d’être là. Seul moment de « tension » compétitive immédiatement après le signal de départ, moment où l’adrénaline est à son comble. Tout le monde part à fond les manettes et pendant 30 km, on roule à 40 km/h. À un moment donné, un trou se forme dans notre peloton et je reste en arrière, commettant une erreur digne d’un débutant en cherchant à rattraper mon retard tout seul. Vaine tentative, bien sûr, et je n’arrive à rejoindre Andrea qu’au premier ravitaillement.
En dehors de ça, tout est plutôt tranquille, avec une allure idéale pour nous, mais avouons-le, généralement touristique.
Mêmes les côtes, jamais supérieures aux 7-8 km, ne sont finalement pas si pénibles que ça. Seul moment vraiment éprouvant, la partie finale du mythique Barbotto, le quatrième col, avec un passage à 18 %.

La Novus SuperFlow Endurance s’avère être une selle vraiment spéciale tout au long du parcours. On n’a presque pas l’impression d’être assis dessus. Zéro pression, zéro gêne. La sensation est celle d’un grand confort, grâce à la longueur du canal central, qui rend l’ensemble de la structure plus souple, et qui lui permet de mieux accompagner les mouvements du corps pendant le pédalage.
On est tellement à l’aise que vers la fin, à l’embranchement des 100 km, on est presque tentés de bifurquer vers le parcours long, mais heureusement, c’est la raison qui l’emporte et on poursuit notre chemin. Jamais décision ne fut plus sage, car dans les 30 derniers kilomètres, un vent contraire assez fort se lève et à chaque passage supérieur, on a l’impression d’affronter le Col du Stelvio.
Ça ira pour aujourd’hui. La pasta party nous attend.
Remarques finales : organisation toujours parfaite. Gestion de la circulation exemplaire. Ravitaillements excellents et bien placés. Asphalte impeccable. Que souhaiter de plus ?

130 km en détail

On part du port-canal de Cesenatico en parcourant les 28 premiers km avec une moyenne très élevée, puis le parcours devient plus accidenté et l’allure ralentit. Ci-dessous, les 4 côtes affrontées dans le parcours de 130 km.
km 37: Polenta
La première côte de la Nove Colli prévoit 8 kilomètres de ascension et 227 mètres de dénivelé, avec une pente moyenne de 3 % et un maximum de 13 %.
km 65: Pieve di Rivoschio
À Piandispino, on entame 8 autres kilomètres d’une côte assez facile : 307 mètres de dénivelé, pente moyenne de 4,7 %, avec un maximum de 9 %.
km 80: Ciola
Troisième saillie, le Ciola : 6 km, 313 mètres de dénivelé, 5,5 % de pente moyenne et un maximum de 11 %.
km 91: Barbotto
Le dernier col est aussi le plus difficile. Le célèbre Barbotto. En 5,5 km seulement, on monte de 372 mètres. Pente moyenne 6,9 %. Le dernier km atteint 18 %. De là jusqu’à la ligne d’arrivée, 40 km sans difficultés.

3 conseils

Pour finir, 3 règles d’or à connaître avant de se lancer dans une cyclosportive de cette difficulté :
L’allure. Éviter de se laisser emporter par l’enthousiasme et de forcer permet d’arriver jusqu’au bout sans souffrir. L’astuce : trouver un peloton qui roule à sa vitesse et ne jamais le lâcher.
L’alimentation. Se rappeler de manger et boire régulièrement, car la dépense d’énergie est énorme et la lumière peut s’éteindre d’un coup, sans crier gare.
La sécurité. Attention et concentration, toujours. Lorsque l’on pédale coude à coude, il suffit de pas grand chose pour se toucher et finir par terre… à 40 à l’heure, pas très agréable ! Surtout dans les descentes, mieux vaut ne pas prendre de risque et garder ses distances par rapport au coureur qui nous précède.

 

« Page précédente

Scegli il tuo paese

Europe

Trouvez l'idmatch dealer le plus proche et réservez un rendez-vous

c'est aussi

Saisissez vos données et inscrivez-vous à notre newsletter.

*champs obligatoires