RAAM : la course la plus folle du monde

La RAAM – Race Across America est la course d’Ultra Cycling la plus difficile et la plus célèbre au monde : elle traverse tous les États-Unis d’ouest à est, soit 5 000 km au total, et oblige les athlètes à aller au-delà de leurs limites. Cette année, en occasion de la 36ème édition de la course, on assiste à l’inauguration d’un partenariat pluriannuel entre RAAM et Selle Italia, avec la Novus Superflow Endurance choisie comme selle officielle de la compétition.

 

5 000 km en selle, « coast to coast », du Pacifique à l’Atlantique à travers 12 états, 35 000 mètres de dénivelé, temps limite 12 jours.

Le 13 juin 2017, la 36ème édition d’une épreuve cycliste, définie comme la plus épuisante au monde, part d’Oceanside en Californie pour se terminer à Annapolis dans le Maryland. La RAAM – Race Across America, « The World’s Toughest Bicycle Race », la course la plus dure au monde, selon les organisateurs, qu’il vaudrait mieux traduire comme « une course de fous ».

Il suffit de penser que cette course d’ultra-endurance est 30 % plus longue que le Tour de France et que les coureurs mettent moitié moins de temps à la boucler : ces dernières années, les vainqueurs l’ont disputée en 7-8 jours en parcourant au moins 400 km par jour.

On court même la nuit, avec 2-3 heures de repos maximum. Il faut surmonter des difficultés environnementales en tout genre, de la chaleur torride du désert de l’Arizona, aux gelées des montagnes rocheuses, sans parler du vent et parfois même des tornades.

Le tout sur des routes ouvertes à la circulation avec risque d’accidents à l’appui. Dans ce scénario « apocalyptique », où les ennuis physiques et les accidents pullulent, aucune surprise si généralement 50 % seulement des participants coupent la ligne d’arrivée.

On peut participer à deux, en équipe ou en relais, mais bien entendu la vraie RAAM est celle courue en solitaire. En effet, le vainqueur absolu est le premier coureur de la catégorie « Solo » qui coupe la ligne d’arrivée.

Terminer cette course extrême est déjà un exploit, c’est gagner un défi contre soi-même et contre son physique. « Mais pourquoi le faites-vous ? », c’est la question qu’on voudrait poser aux participants. Ils répondraient probablement, comme l’alpiniste Mallory le fit avant de tenter l’escalade du mont Everest : « Because it’s there ! », parce qu’elle est là…

 

Quelle selle ?

20 heures par jour passées à vélo, ce n’est pas une plaisanterie : il faut avoir une préparation béton, surtout pour s’habituer à rester assis en selle tout ce temps. Il y en a même qui s’entraînent en montant leur selle sur un tabouret qu’ils utilisent pendant les mois qui précèdent la course pour manger, travailler, etc.

Mais quelle selle ? Une épreuve poussée à l’extrême comme celle-ci exige un produit expressément conçu pour les longues distances et parfait dans le moindre détail. Comme la Novus SuperFlow Endurance de Selle Italia, choisie cette année comme produit officiel de la compétition.

Son design a une forme très particulière, avec une longue fente centrale qui divise la selle en deux de la pointe du bec jusqu’à presque toute l’assise. Ceci permet de réduire considérablement la pression sur les tissus mous de la région pelvienne. La longueur du canal rend l’ensemble de la structure plus souple, permettant ainsi de mieux accompagner les mouvements du corps lors du pédalage, au profit d’un confort accru.

Au point de vue confort, un rôle de tout premier ordre revient au rembourrage extra en néoprène, très dense, distribué de façon optimale au niveau des points d’appui des ischions, qui ne crée aucune gêne même après de très nombreux kilomètres.

Cette année, la RAAM a déjà trouvé une gagnante à coup sûr.

« Page précédente

Scegli il tuo paese

Europe

Trouvez l'idmatch dealer le plus proche et réservez un rendez-vous

c'est aussi

Saisissez vos données et inscrivez-vous à notre newsletter.

*champs obligatoires