Lombardie

Les montées du 100e Tour d’Italie: le Mortirolo par Monno

Départ

Monno (BS)

Arrivée

Col du Mortirolo (SO)

Distance

12km

Dénivelé

1 000 mètres

Altitude maximale

1 852 mètres

Pente maximale

16%

Pente moyenne

7,5%

Le 23 mai 2017, la 16e étape du Giro du centenaire a abordé non seulement le Stelvio des deux côtés, mais aussi le Mortirolo par son versant le moins connu, celui de Monno, côté Brescia, parcouru précédemment une seule fois par les coureurs en 1990 ; fait assez curieux puisque ce fut justement la première fois que la « corsa rosa » atteignit le sommet de ce Col.

Le Col de la Foppa (1852 m), connu de tous simplement sous le nom de Mortirolo, est l’une des montées les plus dures d’Europe : 12 km de montée très rude avec des pentes parfois quasiment impossibles (20 %).

Et jusqu’ici, rien de nouveau ; n’importe quel amateur en entendant le nom du Mortirolo poussera un soupir en baissant la tête en signe de respect.
Mais, car il y a un mais. On peut toujours atteindre un Col par deux versants, et celui-ci aussi ne fait pas exception à la règle, puisqu’on peut l’aborder tant par Mazzo – du côté de la Valteline, que par Monno – du côté de Brescia.

Le plus célèbre et le plus redoutable, d’un point de vue cycliste, celui auquel nous faisions référence au début, est sans aucun doute le premier, ne serait-ce que parce qu’il est étroitement lié au mythe de Pantani, qui gagna ici en très grand champion en 1994, à tout juste 24 ans et avec encore quelques cheveux sur la tête, en montrant au monde du vélo qu’il serait devenu le plus fort grimpeur de tous les temps.

Cette montée a été parcourue 12 fois dans l’histoire récente du Tour d’Italie, en devenant souvent le théâtre de prouesses mémorables et bouleversantes au classement.

« L’autre » Mortirolo
Face à cette renommée, il semble plutôt étrange que le Tour d’Italie ait connu pour la première fois le Mortirolo précisément… de l’autre versant, celui de Monno.
C’était en 1990, la seule et unique fois jusqu’à la 16° étape (le 23 mai) de l’édition 2017, celle du centenaire, dans laquelle les coureurs ont affronté le Stelvio et l’Umbrail (le versant suisse du Stelvio), justement après avoir gravi le Mortirolo par le versant Monno. Pour l’anecdote, cette étape fut remportée par Vincenzo Nibali, tandis que Tom Dumoulin, premier néerlandais dans l’histoire du Tour d’Italie, a ensuite triomphé au classement général.

La montée
La montée commence près de Edolo et continue pendant 12 km avec des pentes à l’échelle humaine, mais toujours aux alentours de 7-8 %, avec un passage à 16 % et heureusement un long faux plat.

Considérée comme une alternative plus abordable par rapport à la montée par Mazzo, elle reste quoi qu’il en soit une escalade à 5 étoiles.
De Edolo, immédiatement 2 km à 8 % jusqu’à Monno, où l’on commence à prendre la chose au sérieux en montant à 10 %. Peu après, la route semble accorder une trêve, mais ce n’est qu’une illusion puisqu’elle recommence à grimper à 9-10 %, en continuant ainsi pendant environ 5 km.

Un tronçon quasiment plat permet de récupérer un minimum d’énergies avant le mur final qui conduit au Col. Il s’agit là du segment le plus dur : 2 km de virages, entre 10 % et 14 %, avec une pointe de 16 %. L’esplanade devant l’hôtel Mortirolo arrive comme une libération.

« Page précédente

Scegli il tuo paese

Europe

Trouvez l'idmatch dealer le plus proche et réservez un rendez-vous

c'est aussi

Saisissez vos données et inscrivez-vous à notre newsletter.

*champs obligatoires