Vénétie

Les montées du 100e Tour d’Italie : le Mont Grappa par Caupo

Départ

Caupo (BL)

Arrivée

Cima Grappa (TV)

Distance

29km

Dénivelé

1 540 mètres

Altitude maximale

1 620 mètres

Pente maximale

12%

Pente moyenne

6%

Samedi 27 mai 2017, l’avant-dernière étape du 100e Tour d’Italie est passée au sommet du Mont Grappa, sommet historique lié aux souvenirs de la Grande Guerre, qui accueille aujourd’hui l’un des principaux cimetières militaires de ce conflit.

 

Gigantesque et solitaire, situé dans une zone où le cyclisme est une « religion » (le siège même de Selle Italia est à moins de 30 km), Cima Grappa a été la dernière aspérité de la centième édition du Tour d’Italie, qui a été ensuite remportée par le néerlandais Tom Dumoulin.

Le Mont Grappa peut être escaladé en prenant 5 voies différentes, mais la montée par Caupo, choisie pour la 20e étape de la « corsa rosa » 2017, si elle n’est pas la plus dure, elle est probablement la plus fréquentée.
Très difficile, vu sa longueur et son dénivelé (respectivement 29 km et 1 500 m), elle n’est cependant jamais vraiment mauvaise et est pédalable jusqu’au sommet, grâce aussi aux différents tronçons en contre-pente qui facilitent l’escalade.

La montée
La montée commence juste après le village de Caupo, directement sur des pentes très régulières d’environ 8 %, avec un seul virage serré à 12 %. La végétation assez épaisse aide à parcourir ce premier tronçon en offrant un peu d’ombre et de fraîcheur.

Les 5 km suivants ne présentent pas de difficultés, puisqu’ils serpentent essentiellement à demi-côte. En revanche, c’est le tronçon suivant de 8 km qui est sans doute le plus insidieux, et certainement le plus varié, avec des passages qui atteignent 12 %, alternés à de longs faux plats, et même une descente d’environ deux km qui conduit à la localité Forcelletto s’élevant à 1 400 mètres d’altitude.

Le dernier segment, pas trop dur (max 7 %), mène à 1 620 mètres, avant de redescendre d’environ 100 mètres et d’aborder les 2 derniers km assez difficiles, qui conduisent au sommet dans un décor lunaire et suggestif. Dans l’ensemble, c’est une montée vraiment pénible, qui rappelle d’une certaine manière celle du Mont Ventoux, en France.

La Grande Guerre
Naturellement, on ne peut arriver jusqu’ici sans porter un regard sur le cimetière qui accueille les dépouilles de presque 13 000 soldats, tombés au combat lors des 3 sanglantes batailles combattues et remportées sur les autrichiens sur cette montagne pendant la Première Guerre mondiale.

Au sujet de l’importance historique de ce scénario de guerre, voici ci-après la synthèse efficace figurant sur le site du Ministère italien de la Défense : «Avec la rupture du front italien à Caporetto, le Mont Grappa devint l’avant-poste de la zone de montagne entre les fleuves Brenta et Piave. Les troupes italiennes, après une retraite dramatique, arrivèrent épuisées sur le Grappa, mais elles construisirent une nouvelle barrière défensive. La conquête du Grappa aurait en effet permis aux austro-hongrois d’envahir toute la plaine de la Vénétie».

« Page précédente

Scegli il tuo paese

Europe

c'est aussi

Saisissez vos données et inscrivez-vous à notre newsletter.

*champs obligatoires