Lombardie

Ghisallo, un défi qui vaut le double

Départ

Erba (CO)

Arrivée

Erba (CO)

Distance

54,8 km

Dénivelé global

1.070 m

Jamais vu ça de commencer la saison au mois d’avril, mais cette année c’est comme ça. Malheureusement, à cause d’une tendinite gênante au genou qui m’a bloqué tout l’hiver.

Je dois entièrement retrouver ma condition physique et alors, comme première approche à la selle, j’ai choisi un parcours élémentaire, pas trop difficile, mais toujours satisfaisant : la boucle tout à fait typique à l’intérieur du triangle du Lario – 50 km et 1 000 m de dénivelé – avec départ et arrivée à Canzo, en passant par le légendaire Ghisallo, puis Bellagio, en longeant le lac jusqu’à Onno, et enfin la montée finale de Valbrona.

En parlant de selle, ce sera aussi l’occasion de tester la Max Flite Gel Flow de Selle Italia, un petit bijou technologique en gel qui devrait être particulièrement confortable, parce qu’elle a été choisie avec le nouveau système idmatch, pour identifier le type et le modèle idéal selon les caractéristiques physiques individuelles. Parfaite, après une longue coupure.

En passant : le biomécanicien m’a conseillé d’essayer de reculer un peu l’assiette de la selle, pour éviter de surcharger l’articulation. À garder à l’esprit.

L’histoire du cyclisme
L’air du cyclisme légendaire que l’on respire par ici est vraiment revigorant : le nom lui-même « Ghisallo » évoque déjà l’épopée du Tour de Lombardie et les prouesses de nombreux champions ; mais, pour aujourd’hui, je me contente de grimper à mon allure, sans perdre mes poumons. Arriver au sommet sera sans aucun doute comme d’habitude passionnant, avec le petit Sanctuaire qui vous accueille après tant d’efforts. Entre autres, juste ici l’incontournable musée du cyclisme a récemment rouvert ses portes : entrer au milieu de toutes ces reliques avec les chaussures de vélo et les cales qui font du bruit sur le sol, vous donne un sentiment d’appartenance à l’histoire de ce sport.

Revenons-en « à l’actualité », c’est-à-dire à notre itinéraire. Aujourd’hui, nous sommes 3 : mes amis de toujours m’ont accompagné, contents de pouvoir finalement repédaler ensemble. Nous laissons la voiture à Erba, quelques kilomètres avant Canzo, juste pour s’échauffer avant la montée. La météo est parfaite : 16 degrés, sans un brin de vent. L’idéal pour le parcours court.

Pendant 7-8 km, on parcourt en fait un seul faux plat sans difficulté, (mais attention à la circulation) ; puis, après le lac du Segrino, les pentes deviennent progressivement plus intéressantes, toujours de l’ordre de 6 %. On continue sans passages notables jusqu’à environ deux kilomètres du sommet, puis avec un 9 % plus ardu, qui s’étend sur une ligne droite trompeuse, longue et large, qui ne termine jamais. Quand l’ordinateur affiche 16,5 km et 490 m de dénivelé depuis Erba, on arrive sur l’esplanade du Sanctuaire de Notre-Dame du Ghisallo. La moyenne, il vaut mieux ne pas la voir… Aujourd’hui, ce n’est pas une journée de « performances ». Ainsi, on prend notre temps : une petite barre, un café et même une visite au musée. Comme de vrais touristes.

À présent, la descente en piqué sur Bellagio nous attend : 10,6 km en descente vertigineuse pendant presque 600 m vers le Lac de Côme, avec des pentes jusqu’à 11 %.

Jusqu’ici, le genou a tenu bon, la jambe assez bien et la selle est géniale, comme dans un fauteuil. Une fois arrivés au village, la proposition est donc évidente et unanime : nous remontons par ici en reparcourant la descente dans le sens inverse, au lieu d’achever la boucle en prenant le parcours plus « simple » de Valbrona, comme prévu.

D’ailleurs, la « véritable » montée au Ghisallo est sur ce versant.

Prêts, partez… Sans y réfléchir à deux fois. La fatigue se fait ressentir et la jambe devient brusquement lourde, mais les virages constants aident énormément. Avec une pente moyenne de 9 %, il est impensable pour moi, aujourd’hui, de monter avec un braquet plus dur que 28… 45 minutes plus tard, le Sanctuaire se profile à l’horizon : deux fois plus de temps que les professionnels. Et c’est très bien ainsi. Le retour à Erba est une affaire de routine.

 

Credits: Restuccia Giancarlo / Shutterstock.com

« Page précédente

Scegli il tuo paese

Europe

c'est aussi

Saisissez vos données et inscrivez-vous à notre newsletter.

*champs obligatoires